L’invention du dé à coudre

De Crea Coffee
Cliquer ici pour ajouter l'image


Encore une invention très ancienne…

Faute de grive, on mange des merles : à défaut de métal, les hommes de la Préhistoire utilisaient de l’ivoire, de la corne ou des os pour concevoir leur dé, à l’image de cet exemple inuit :


Cliquer pour ajouter l'image
Un dé à coudre et des aiguilles inuit taillés dans un os – Repro


Plus tard on évoque des protège-doigt en cuir ou en tissu solide pour ne pas se blesser avec l’aiguille, jusqu’à la création des premiers “dés” en bronze 2500 ans avant JC (qui ressemblaient plutôt à des anneaux). Ce matériau était toujours utilisé dans l’Antiquité…


Cliquer pour ajouter l'image
Dés à coudre en bronze – Forumaquaticplaisir


Bien plus tard, on découvrira au Moyen Age des dés coulés en laiton ou en tôle martelée…


Cliquer pour ajouter l'image
Dé à coudre moulé du 14ème siècle – Wikipédia


… ou emboutie comme ce modèle du XVIème siècle :


Cliquer pour ajouter l'image
Dé à coudre embouti du 16ème siècle – Wikipédia


C’est d’ailleurs lors de ce siècle que les premières manufactures de dés à coudre en cuivre (hé oui !) virent le jour, à Nuremberg tout d’abord puis aux Pays Bas et à Londres. Londres justement où la production mécanisée se met en place grâce à un moulin à aubes au début du XVIIIème siècle, suivie par l’Allemagne où la production s’intensifie… la Suède sera même accusée d’espionnage industriel pour vouloir découvrir les secrets de fabrication !


Cliquer pour ajouter l'image
Dés allemands du 18ème siècle – Forumaquaticplaisir


Si le martelage des dés à coudre était réalisé manuellement au poinçon jusqu’à lors, cette opération devint mécanique au milieu du XVIIIème siècle. L’épaisseur de la tôle devient également plus régulière avec l’emboutissage, aplanissant sa partie supérieure bombée comme sur les modèles actuels.

On fabriqua des dés à coudre dans des matériaux précieux : en argent, porcelaine, or, décoré de pierres précieuses… Il devint cadeau pour ces dames, souvenirs; on l’utilisa aussi pour mesurer les spiritueux (d’où l’expression “un dé à coudre de…”). On le collectionne aussi ! Ou joue avec au Monopoly.


Cliquer pour ajouter l'image
Dé à coudre en porcelaine – Wikipédia


Les couturières emploient des dés avec une ouverture en bout, pour pouvoir manipuler plus facilement le tissu; et pour manipuler les pages d’un livre voyez ce pratique dé en gomme !


Cliquer pour ajouter l'image
Gummy Finger – Wikipédia


Vito Nesta voit plus grand en s’inspirant des dés à coudre pour en faire des vases…


Cliquer pour ajouter l'image
inDITO – Design Milk


Il est dit que les prostituées annonçaient leur présence en frappant aux carreaux des fenêtres avec ; qu’en laisser un exemplaire (en bois de santal) dans le tissu éloignerait les mites.

Ou qu’on ne se mariera jamais si on nous offre trois dés à coudre…

Une histoire racontée par Johann Paquelier.

Crédits image d’en tête : eBay