A l’origine du Rubik’s cube…

De Crea Coffee
Cliquer ici pour ajouter l'image


A l’instar de la poubelle, Rubik’s cube vient du nom de son inventeur, Ernö Rubik.

Cet architecte et professeur d’arts appliqués hongrois passionné d’échecs inventa ce casse-tête en 1974, ce afin que ses élèves réfléchissent en trois dimensions et à son mécanisme interne. On lui conseilla d’ajouter des couleurs, et lui vint alors l’idée de le commercialiser.

But du jeu ? Mettre le moins de temps possible pour que chaque face soit de la bonne et unique couleur. Vendu en 1977 en Hongrie, c’est grâce au partenariat avec la société de jeux américaine Ideal Toys en 1979 que le Rubik’s cube devint LE casse-tête à posséder…


Rubik's cube, variations 2×2×2 - 5×5×5.jpg
Différentes versions du Rubik’s cube – Wikipedia


Plus de cents millions de modèles seront écoulés entre 1980 et 1982, et des déclinaisons viendront compléter l’original. Le designer Konstantin Datz a quant à lui pensé aux aveugles en présentant fin 2011 à l’exposition « Talk To Me » au MOMA ce cube dont les faces sont marquées en braille :


Cliquer pour ajouter l'image
Rubiks cube pour aveugle – The new bubble


Aujourd’hui une version tactile existe :



Et pour ceux qui trouvent ce jeu trop facile, passez à la Wheel IQ Cube !


Cliquer pour ajouter l'image
ROULETTE Wheel IQ Cube – Toys Brando


… ou à Inside, le cube qui rend fou !


Cliquer pour ajouter l'image
Après Rubik’s, Inside ! – Pix Geeks


Certains utilisent le Rubik’s cube comme medium et en font des tableaux, à l’image de Josh Chalom qui inscrit en 2009 “La main de Dieu” au livre des records, et il y a de quoi : 12090 cubes, une tonne et 400 heures de travail pour cette adaptation du tableau de Michel-Ange.


Cliquer pour ajouter l'image
Hand of God – Huffingtonpost


Et d’autres en sont… fous. Si vous avez des problèmes de résolution de ce casse-tête, sachez que vous pouvez appliquer quelques méthodes, le record du monde étant de …

Et vous, quel est votre temps ?

Une histoire racontée par Johann Paquelier.

Crédits image d’en tête : Imperfect Spirituality