Un logiciel libre pour la création 3D, c’est possible ? Ce qu’offre Blender…

Inaugurons le premier article technique sur ce site. Un article qui s’adresse particulièrement aux aficionados des logiciels libres… Ou ceux qui souhaitent compléter leur suite logicielle sans investir sur des licences. ^^

Aujourd’hui on trouve de tout dans le monde du libre. Disons presque tout car si il doit exister des centaines de logiciels de schématisation, de collaboration en ligne libres, dès qu’on s’approche un peu de la création professionnelle les besoins de développement logiciel sont tels que l’offre commence à se raréfier…

Parmi ces perles rares on compte :

Blender, une suite de création 3D libre et open-source

A tout seigneur tout honneur et puisqu’on parle d’un seigneur, il s’agit bien d’une suite de modélisation et d’animation 3D professionnelle libre et open source aussi puissante que beaucoup de logiciels payants. Les captures d’écran ci dessus, issus du film d’animation Sintel, parlent d’elles mêmes.

Blender est développé par une fondation, située à Amsterdam, on lui doit également un certain d’open projects, actuellement un jeu vidéo et des films d’animation, qui servent de fil conducteur et de test en temps réel pour la  développement du logiciel. Blender est financé par des professionnels qui l’utilisent.

Où se situe Blender dans le monde des logiciels 3D ?

La classification proposée n’engage que moi, si elle ne saurait refléter la diversité des logiciels 3D elle permettra néanmoins d’y voir plus clair et de situer Blender dans cet univers :

  • Les logiciels intégrés aux suites de conception industrielles ( C.A.O. – P.L.M.  ) qui servent par exemple aux ingénieurs et aux designers qui ont besoin d’un process de collaboration continu avec l’ensemble des équipes industrielle. Ils permettent de modéliser à peu près n’importe quel produit dans l’état dans lequel il sera envoyé sur les chaînes d’assemblage. Citons CATIA for Design, Solidworks, PTC, Solid Edge, ou encore, dans une autre gamme, AutoCAD, qui servira par exemple pour les architectes.
  • Les logiciels plus spécialisés, destinés à une branche professionnelle. Citons Rhinoceros 3D ou Alias Studio pour le design produit.
  • Un certain nombre de logiciels hyper-spécialisés permettant de réaliser des éléments en particulier d’une scène ou d’utiliser des techniques particulières de modelage. Citons par exemple Bryce pour les paysages, Poser pour les personnages, ZBrush pour des techniques de modélisation proches de la sculpture.
  • Les logiciels de simulation, qui permettent de se rendre compte d’une mise en volume et d’interagir avec. Citons les outils 3DVIA, une suite professionnelle très complète qui permet par exemple de simuler des comportements utilisateur.
  • Le suites d’animation 3D, destinées à créer des scènes réalistes et permettant de les animer. Ils sont utilisés dans les films, les jeux vidéo ou encore la création de scènes 3D en design. Cinema 4D est certainement l’un des logiciels les plus accessibles de cette catégorie, dans laquelle on compte de grands ténors comme 3D Studio Max ou Maya.  Sans être un ténor, Blender 3D est un bon logiciel de cette catégorie qui permet de réaliser des scènes d’excellente qualité.

Que sait faire Blender exactement ?

Modeler des formes

Blender est un logiciel axé sur la 3D représentative. Il permet de modeler avec un niveau de détail très fin n’importe quelle forme physique. C’est principalement un modeleur polygonal, comprendre qu’on manipule des petites surfaces, généralement invisibles à l’œil nu. Blender dispose d’outils de subdivision qui permettent de gérer un nombre important de ces surfaces à partir de quelques points de contrôle. Cette méthode est très efficace en production pour générer rapidement des surfaces complexes. Cela rend Blender utile à la fois pour modeler à un niveau de détail très fin et à la fois pour prototyper rapidement un volume. Ce système est complété par une série d’outils permettant de faciliter la modélisation. Si les habitués de 3DSMax regretteront l’absence de certains outils, la palette est suffisamment complète pour n’apposer aucune limite au logiciel. Blender permet par exemple de réaliser rapidement des opérations comme creuser un volume avec un autre, couper une surface, réaliser des chanfreins, dupliquer dynamiquement une surface en mode miroir, créer un volume par révolution… On notera la présence appréciable d’un outil de sculpture, permettant de déformer une surface par touches successives, util par exemple pour donner un grain au modèle.

En parallèle, Blender offre quelques options de modélisation paramétrée avec les Nurbs et les courbes de Bézier. Ces fonctionnalités restent cependant anecdotiques en comparaison avec un Rhino3D ou un CATIA. Contrairement à ce qu’on pourrait croire la modélisation polygonale n’est pas plus gourmande que la modélisation paramétrée qui doit par la suite convertir les formes en polygones pour l’affichage. D’ailleurs, les programmeurs semblent avoir l’obsession de la performance et Blender nécessite dans la pratique beaucoup moins de puissance que la plupart des logiciels 3D en phase de modélisation.

Si Blender propose un système d’unités de mesures et d’une grille permettant de fixer la taille des modèles, Blender n’offre pas de système de cotations. On peut difficilement, par exemple, piloter une surface en fonction de ses dimensions. Il n’est pas recommandé d’utiliser Blender pour construire un mécanisme ! Pour le design industriel, Blender permettra par exemple de modéliser des surfaces enveloppantes en s’appuyant sur des dimensions de référence. Ces mêmes surfaces pourront être exportées et utilisées comme guide dans un logiciel de conception mécanique pour créer les fichiers utilisables en fabrication. Disposer d’un modèle réalisé sous Blender fait donc gagner du temps dans le processus, mais ne dispense pas de passer par un logiciel technique avant la mise en production.

Créer des images réalistes

Blender sait faire des images réalistes. Il le fait; et le fait bien. Comme partout ailleurs créer des images de la qualité de celles proposées ci dessus demande une certaine doigtée. Il est nécessaire de bien savoir gérer l’éclairage, les matériaux, l’environnement, les modes de rendu… On pourrait passer beaucoup de temps à décrire les fonctionnalités de rendu de Blender. Le panel, très complet, peut être consulté sur la liste des outils proposés par Blender.

Blender propose en interne un moteur de rendu qui est déjà de très bonne qualité. Il permet aussi d’utiliser un nombre conséquent de moteurs de rendu externes d’excellente qualité comme Yafaray, Renderman, Povray, Virtualight, Lux, Indigo et V-Ray. Certains sont open source et n’ont pas grand chose à envier aux payants.

Les matériaux peuvent être gérés de manière très pointue. Blender propose des fonctionnalités avancées comme un éditeur de noeuds qui permet de manipuler les paramètres de manière complexe, créer des effets post-prod, etc.  Il est aussi possible de plaquer des textures un peu à la manière d’un patron de couture. Également, si vous souhaitez appliquer un effet de relief pour représenter la qualité de surface du matériau, pas de problème. De fibres ? C’est possible… Blender ne dispose pas d’une bibliothèque de matériaux en interne. Vous pouvez en revanche vous procurer un nombre conséquent de matériaux prêts à l’emploi ou à modifier sur Internet.

Créer des animations

Blender propose un environnement d’animation assez complet, à base d’un éditeur de courbe qui permet de régler finement l’évolution des paramètres de la scène : position des objets, matériaux, effets… Le logiciel propose aussi un système de rigging pour conduire les déformations des personnages ou des objets, comme si on tirait les fils d’une marionnette attachés à ses articulations, un éditeur de poses pour les personnages, un système de particules et un moteur physique pour simuler par exemple les mouvements d’un fluide ou des cheveux… Le système est aussi bien utilisable pour une vidéo de démonstration produit, pour animer et faire découvrir un espace ou encore pour réaliser un court métrage. En illustration, ci dessus, le court métrage Big Buck Bunny, une petite pièce d’humour sur fond de dessin animé. Vous pouvez aussi consulter cette page, qui recense quelques animations réalisées avec Blender.

Créer des jeux vidéos

Je passe rapidement sur cette partie qui n’est pas du tout mon domaine. Blender propose des fonctions telles que l’animation en temps réel, des contraintes dynamiques, un moteur physique… Qui lui permettent d’être utilisé pour créer des jeux vidéos. Je n’ai aucune idée de ce que vaut Blender dans ce domaine en regard de ses concurrents. Toujours est-il que les concepteurs du logiciel l’ont bel et bien utilisé pour créer un jeu vidéo : Yo Frankie !, un jeu de plateforme où vous incarnez un écureuil qui essaye de rentrer dans son terrier. Plutôt sympathique, il est en téléchargement libre sur le site donc vous pouvez même y jouer si le cœur vous en dit.

Quid de l’ergonomie ?

L’ergonomie a longtemps été à la fois le point fort et le point faible de Blender. Les concepteurs ont fait le choix de l’utilisateur expert. C.a.d. d’une interface conçue pour maximiser l’efficacité en production par quelqu’un qui connait le logiciel par cœur. Les fonctions courantes ne sont accessibles que par des raccourcis clavier. Quand aux boutons, des abréviations sont utilisées un peu partout sur l’interface pour gagner de la place. Si cette interface s’avère très efficace une fois qu’on l’a prise en main, beaucoup sont perdus lorsqu’ils mettent les mains dans le logiciel la première fois.

Heureusement un travail a été fait sur la version 2.5 de Blender, qui en est en bêta-test final et devrait sortir prochainement. Je ne pense pas être capable de prendre énormément de recul là dessus, étant donné que cela fait plus de 10 ans que j’ai mis les mains dans ce logiciel pour la première fois, malgré cela en testant la version 2.5 je n’ai pu m’empêcher de penser que fonctions étaient placées de manière plus intuitives. Surtout, les abréviations ont disparues au profit de mots entiers ce qui facilite le repérage et la mémorisation. Cela devrait permettre à ceux qui ont déjà utilisé des logiciels 3D de s’adapter rapidement à Blender.

En conclusion

Blender est avant tout un logiciel destiné à créer des images, animées ou non. Il permet de mettre en scène un modèle, un contexte, et de plonger le spectateur dans un univers. Cela en fait un bon logiciel pour la communication et la création artistique.

En design produit Blender est un bon logiciel pour :

  • La réalisation d’avant projets, lorsque l’objectif est avant tout de montrer ce que pourra être le produit. Plus la forme est organique et complexe, plus Blender fera gagner du temps.
  • La mise en scène des produits, en image fixe ou animée. Blender permet de créer des scènes 3D de bonne qualité et des rendus réalistes du produit en contexte.

Après, selon le contexte il est possible d’utiliser Blender pour dessiner les surfaces du modèle final. Le bureau d’étude pourra alors utiliser les surfaces exportées comme « patron de couture » pour modeler les pièces. Je trouve préférable pour ma part de privilégier en phase de développement un logiciel orienté C.A.O., comme Rhinoceros 3D, Alias Studio, Catia for Design ou SolidWorks, plus adaptés pour la création des modèles finaux et pour collaborer avec le bureau d’étude.

Des ressources pour Blender

Télécharger des extensions, des matériaux, des textures, des modèles 3D…

 

Apprendre à utiliser Blender

  • Avant toute chose je vous recommande d’aller jeter un oeil aux fonctions de Blender en vidéo. Cela sera utile pour vous repérer par la suite.
  • Ensuite pour ceux qui débutent sur Blender, que recommander de mieux que cet excellent tutoriel en français du site du Zéro ?
  • Pour tout savoir faire sous Blender, les tutoriels en anglais du site officiel couvrent une large palette de possibilités.
  • Le wiki de Blender fait office de manuel d’utilisation des fonctionnalités. Il est très complet et en partie traduit en français.
  • Enfin, lorsque vous cherchez quelque chose en particulier, n’oubliez pas d’utiliser Google, les sites de fan, le forums et les banques de tutoriels recèlent de nombreuses infos utiles.

 

Il est possible d’utiliser l’interface de Blender en Français, toutefois autant apprendre tout de suite à s’en servir en anglais pour utiliser plus facilement les infos trouvées sur le net.

Discuter avec la communauté Blender

 

Logiciels complémentaires

 

About the Author:

Crée de nouveaux produits. Blog sur le design, l'industrie, l'innovation...

4 Comments

  1. Emmanuel 14 novembre 2010 at 17 h 00 min - Reply

    Un article qui fait bien le tour de ce logiciel! Libre, puissant, léger (~60mo qui dit mieux?), et dont l’interface a en effet beaucoup gagné avec la version beta en cours… que du bon ^^

  2. Daniel 8 mars 2012 at 12 h 29 min - Reply

    Bonjour j’ai quelque question :

    Blender est il efficace en utilisation professionelle ?
    Est il rapide pour faire des rendu photo réaliste ?
    Est ce que cela vaut le coup de passer du temps pour utiliqer Blender, ou mieux vaut il consacrer du temps sur Rhino ou 3ds pour un designer ?
    Merci, pour cet article.

    • Thibaut Deveraux 8 mars 2012 at 15 h 01 min - Reply

      Bonjour Daniel,

      Blender est assez puissant pour faire des images photo-réalistes très poussées. Il s’intégre avec des modules de rendus comme Renderman qui est à peu près ce qui se fait de mieux. La communauté utilisé principalement Yafray, qui est très puissant et aussi gratuit.
      Il permet de modéliser ce qu’on veut niveau formes en poly, avec tous les outils indispensables pour cela. Il permet aussi de faire de l’animation de qualité professionnelle.
      http://www.blender.org/features-gallery/gallery/art-gallery/

      Maintenant à la question : « Est ce que cela vaut le coup de passer du temps pour utiliqer Blender, ou mieux vaut il consacrer du temps sur Rhino ou 3ds pour un designer ? »… Si tu a l’intention de bosser pour des bureaux qui ont déjà acheté leur suite logicielle, je te recommande quand même de commencer par apprendre à maîtriser les classiques du marché :
      – Modélisation des surfaces de produits industriels sous Rhinoceros ou Alias
      – Rendu et animation sous 3DSMax ou Cinema 4D
      – Modélisation industrielle sous Solidworks, Pro Ingénieur ou Catia, par ce que certains bureaux de design utilisent des logiciels CAO
      – Edition de plans sous AutoCAD (par ce que certains n’ont pas de soft CAO)

      Bien à toi

      • Daniel Dupuy 11 mars 2012 at 22 h 16 min - Reply

        Merci beaucoup pour cette réponse qui est comme cet article, complète, claire, et instructive.
        Je trouve ça très bien que les logiciels gratuit et notamment les logiciels libres se développent et s’améliorent autant.

Laisser un commentaire