RepRap, une imprimante 3D auto-réplicante

Voyage dans le monde des Hackers de l’industrie… La RepRap fait appel à une technologie d’impression 3D qui consiste à déposer un fil de plastique fondu pour recréer point par point un objet en 3 dimensions.


RepRap en train d’imprimer un objet. Photo Wizard23, CC BY NC SA.

Particularité de la RepRap, elle est constituée de pièces qui ont elles-mêmes été imprimées par une RepRap. Autrement dit, c’est une imprimante 3D qui se reproduit. Elle se reproduit même à vitesse grand V dans les laboratoires et ateliers de passionnés. Avec un prix de revient de quelques centaines d’euros (il faut toujours acheter l’électronique), soit 50 fois inférieur à celui d’une imprimante 3D industrielle, cela vaut le coup. Et les passionnés ne comptent pas puisqu’ils caressent ainsi le rêve de mettre la fabrication à la portée de tous.

Une petite vidéo pour découvrir la bête :

La RepRap ne cesse de s’améliorer. Alors qu’il fallait dépenser près de 1000€ d’électronique et passer 70H pour imprimer les pièces à ses débuts, les RepRap les plus récentes demandent une quinzaine d’heure d’impression et quelques centaines d’euros d’investissement dans l’électronique.

Darwin, la toute première RepRap.
La toute première RepRap

Prusa Mendel, simple et économique.
Le fleuron de la gamme RepRap, une imprimante 3D simple et économique

Huxley, peut être emportée en voyage…
Huxley, la plus petite RepRap

Une histoire racontée par Thibaut Deveraux.

Source des images et en savoir plus : RepRap Wiki. Image d’en tête par E_Roth_3, CC BY NC.

By | 2011-09-17T18:01:36+00:00 septembre 17th, 2011|Categories: Non classé|0 Comments

About the Author:

Laisser un commentaire