Si l’invention est américaine, on ne sait pas exactement de qui ni de quand elle provient : on évoque l’amélioration en 1875 d’un brevet déjà existant, mais il semblerait que ce soit l’entreprise Clippers OcOnally qui en soit à l’origine. Un modèle ne coûtait pas cher en 1902 et qu’on était fier de promouvoir !

Quoi qu’il en soit, il existe deux sortes de coupe-ongles : la pince-coupe-ongle, et le coupe-ongle à levier dont voici deux modèles classiques du commerce.

Réalisés généralement en inox avec deux lames de coupe, diverses formes de coupe-ongles sont disponibles, parfois proposées avec des matériaux comme du caoutchouc ou du silicone pour améliorer le confort de coupe.

Certains sont même adaptés aux ongles des bébés, plus petits et fragiles, comme ce modèle comportant un repose-doigt et dont la tête est orientable :

On peut aussi retrouver des modèles plus compactes intégrés dans des couteaux suisses :

En 2010, des designers américains ont proposé une évolution du coupe-ongle avec le modèle Khlip. Mat, ne possédant qu’une seule lame afin que l’ongle coupé ne saute, il coûte la bagatelle de… 59$.

Et puis, les animaux ont également leur coupe-griffe ! Utile pour que celles-ci ne viennent provoquer des infections chez les chiens et chats si elles sont trop longues.

Enfin, pour ceux qui auraient quelques problèmes de vue, je vous propose ce modèle à loupe et éclairage intégrés…

Les ongles sont les protections des extrémités de nos doigts, ces outils sont donc nécessaires à leur bonne santé (on oubliera ceux qui se les rognent !).

Une histoire racontée par Johann Paquelier.