Histoire de la carte de visite

La carte de visite est le prolongement d’une tradition qui consistait à indiquer ses coordonnés ou un petit mot au dos d’une carte à jouer. C’est sous le règne de Louis XIV, le Roi Soleil, que les cartes de visites connurent un développement important en tant que cartes imprimées. Elles servaient à annoncer « solennellement et dans toute sa gloire » leur porteur. Au 18ème et 19ème siècle, une étiquette très codifiée se mit en place autour des cartes de visite sous le nom de cartes de téléphone. Il fallait par exemple avoir obtenu toutes les cartes des dames de la maison avant de joindre ses occupants par téléphone. La table du hall de la maison devait avoir une boite de cartes avec un stylo à proximité. Alors que les hommes étaient autorisés à garder leurs cartes dans leur poche, les dames devaient les garder dans un étui. Un jeune femme pouvait avoir sa carte après avoir évolué dans la société pendant un an. En Europe, les hommes cornaient le bord de leur carte pour indiquer qu’ils avaient délivré eux même cette carte, tandis que si un serviteur faisait passer la carte, elle était délivrée sans être cornée. Une carte pliée en deux indiquait que le téléphone était ouvert pour plusieurs, ou tous les membres de la famille.

Au 17ème siècle, les cartes de visite émergèrent en Angleterre, sous le nom de TradCard. A l’époque, les cartes de visite étaient un moyen plus efficace de communiquer que les journaux. Leur utilisation était donc plus proche de celles des flyers d’aujourd’hui. Autour de 1830, les procédés de lithographie en couleur permirent de généraliser des cartes richement décorées à l’image des industries de l’époque.  Au cours du 19ème siècle, avec l’évolution des techniques d’impression, les annonces dans les journaux prirent peu à peu le pas sur les Tradcards en tant que moyen de communication.

Le 19ème siècle vit le développement de cartes de visites plus simples, accompagnées de l’étiquette de la tradition française, dont l’usage se répandit rapidement en Europe et dans le nouveau monde. Les États Unis faisaient une distinction nette entre les visit cards et les business cards. Les visit cards étaient utilisées par les grandes familles pour leurs relations personnelles. Elles avaient la valeur de lettres d’introduction et la pile de cartes à coté du téléphone était un moyen pratique pour les domestiques pour savoir quels appels ils devaient faire passer aux maîtres de maison ou non. Les business cards étaient répandues chez les commerçants de toutes classes sociales et permettaient d’échanger ses coordonnés. Laisser une business card à un serviteur en se présentant à la porte d’un domicile personnel laissait entendre que vous veniez pour affaire, probablement pour collecter une dette.

Au 21ème siècle les cartes de visite sont toujours un moyen pratique d’échanger ses coordonnés dans les milieux professionnels. La tradition des armoiries de la famille à donné naissance à la charte graphique, constituée du logo de l’entreprise et de l’ensemble des codes formels et couleurs permettant de reconnaître l’entreprise au premier coup d’œil. Les cartes de visite étant des éléments de premier contact, beaucoup d’entreprises font attention à soigner particulièrement leur présentation pour renvoyer une bonne image.  Certaines n’hésitent pas imaginer des concepts de cartes créatifs et originaux, pour que leurs contacts se souviennent d’elle.

 

Avec le développement des nouvelles technologies, de nouveaux moyens d’échanger ses coordonnés ont été expérimentés avec plus ou moins de succès. La vCard s’envoie par mail et permet à la personne qui le reçoit de vous ajouter en un clic à son carnet d’adresse en ligne lorsqu’elle en est équipée. De mini CD ont parfois accompagné les cartes de visite traditionnelles, contenant des informations multimédia sur l’entreprise. Des clef USB ont également fait leur apparition, mais ce format reste cher lorsqu’on distribue de nombreuses cartes de visites. Il est possible de se transmettre ses coordonnés de mobile à mobile, par infrarouge ou bluetooth, à condition de savoir se servir de cette fonctionnalité. Plus récemment, on croise sur les salons beaucoup de cartes de visite intégrant des métadonnées lisibles depuis un mobile, à base par exemple de pictogrammes visuels reconnaissables par les portables appelés QRCodes ou simplement en prenant une photo de la carte de visite avec une application dédiée.

Une histoire racontée par Thibaut Deveraux.

By | 2011-09-16T22:12:05+00:00 septembre 16th, 2011|Categories: Non classé|2 Comments

About the Author:

2 Comments

  1. Carte de visite qui décapsule 13 février 2015 at 15 h 24 min - Reply

    […] de visite décapsuleur. Génial pour un petit Perrier entre collègue […]

  2. […] [1] Une histoire racontée par Thibaut Deveraux. http://design-produit.org/portfolio/invention-carte-de-visite/ […]

Laisser un commentaire